Refinancement : les crédits ne sont pas éternels !

Refinancement : les crédits ne sont pas éternels !

Avec la baisse continue des taux ces dernières années, beaucoup de personnes ayant un crédit immobilier ont profité, une ou plusieurs fois, d’un refinancement de leur crédit. Soit en “interne”, soit en externe.

Refinancer en interne signifie que l’on refinance au sein de la banque qui finance le crédit en cours. Cette solution profite de l’avantage de ne pas payer de frais parfois conséquent, que l’on devrait assumer si l’on refinançait en externe, c’est à dire dans une banque.

Malheureusement, ces refinancements internes ne sont pas aussi bien vu par les banquiers que par les demandeurs. En effet, allons droit au but : les banques préfèrent percevoir un taux de 3% plutôt que de 2%. Elémentaire. Vous le feriez aussi avec votre épargne ! Là où les choses deviennent plus tendancieuse, c’est quand elles profite du message simpliste qu’elles transmettent à leur client que cela va leur coûter “trop” cher, et donc qu’elles acceptent la demande de refinancement, mais à des taux supérieurs à ceux que le même client aurait s’il venait d’une autre banque !! Heureusement, les choses ne sont pas aussi simples …

il est exact qu’en cas de refinancement externes, vous devrez assumer des frais liés à cette opération : la main levée sur le crédit hypothécaire en cours, les indemnités de remploi, et, surtout, les frais notariaux liés à la nouvelle inscription hypothécaire. Dans tous les cas, vous en aurez pour quelques milliers d’euros, ce qui a de quoi refroidir … a priori

Car à l’analyse, non seulement ces frais peuvent très souvent être inclus dans le nouveau crédit, si bien qu’il ne faut rien débourser de ses économies ; Mais en plus, on s’aperçoit très souvent que selon tout un tas de critères utiles, on se retrouve dans une situation qui permet de prétendre à des taux bien plus intéressants, compensant largement les frais induits.

Les taux sont souvent fixés selon 2 grandes familles de critères :

  • la garantie immobilière proposée

Peut-être que 5 ans plus tôt, vous deviez emprunter 200.000 e pour un achat de 200.000 €. Votre quotité était donc forte … Mais 5 ans plus tard, vous avez remboursé une partie du crédit, et la maison achetée a peut-être pris un peu de valeur ? Votre quotité est alors de 90%, ou moins, et les conditions des crédits, autrement dit le taux, sera franchement inférieur au taux de l’époque, quand la quotité était forte !

  • Les revenus

L’autre critère d’acceptation d’un crédit, et de fixation du taux, ce sont les revenus. Revenus souvent indexés avec le temps, voire clairement augmentés suite à une promotion ou un changement de travail. Peut-être aussi que vous aviez un crédit auto au moment de contracter votre crédit immobilier, qui est dorénavant remboursé. et voilà de nouveau arguments pour discuter d’un refinancement, interne ou externe, à des conditions plus avantageuses pour vous !

 

Statistiquement, il est très rare de conserver un même premier crédit jusqu’à son terme. Car outre l’intérêt financier direct, il existe un tas d’autres raisons de vouloir refinancer.

Dans une prochaine analyse, par exemple, nous reviendrons notamment sur le cas où plusieurs immeubles ont dû être mis en garantie pour obtenir un crédit, comme par exemple un immeuble des parents,et des conditions pour libérer ce ou ces immeubles …

Laisser un commentaire